MERCI DE NOUS SUIVRE !

Vous êtes des milliers de lecteurs et lectrices à consulter Zone911 et ce, quotidiennement depuis 17 ans. Nous tentons de faire de notre mieux pour continuer à vous informer, 7 jours sur 7, 24h, malgré la situation difficile causée par la COVID-19. ZONE911 continue à vous informer. 
MERCI ENCORE ! 

 

CORONAVIRUS (COVID-19) EN DIRECT

Au Québec, en date du 4 avril 2020 à 13h

La situation est la suivante: 

6997 CAS CONFIRMÉS
+ 896

75 personnes décédées
+14
478 personnes hospitalisées
+49
130 personnes aux soins intensifs
+8
3879 personnes sous investigation 
83 230 analyses négatives (cas infirmés)

Pour ralentir la propagation :

RESPECTEZ LES CONSIGNES 
Restez à la maison, aucune visite.

Lavez vos mains souvent
Éternuez / toussez dans votre coude
Aucun rassemblement extérieur et intérieur

Si la COVID-19 vous inquiète ou si vous avez des symptômes :
- Québec : 418 644-4545
-Montréal : 514 644-4545
- Montérégie : 450 644-4545
- Outaouais : 819 644-4545
Ailleurs au Québec : 1 877 644-4545
Privilégiez les numéros locaux s’il y en a un pour votre région.

Voici l'outil d'auto-évaluation des symptômes COVID-19 - https://ca.thrive.health/covid19/fr 

Des nouvelles du Service de police de la Ville de Québec

Après 18 ans dans les bureaux de la route de l’Église, le chef de police du SPVQ retourne dans les bureaux du vieux poste de police de la rue de la Maréchaussé, à Québec.

Vendredi matin, le chef de police, Robert Piegon et son équipe, ont rencontré les médias. Quelques sujets ont été abordés entre autres, le nouveau poste de police, les salons de masseuses, les crimes haineux, les personnes en crise et la sécurité routière.

Un changement pour mieux se rapprocher des policiers.

Pour commencer, Monsieur Pigeon a intégré les bureaux du vieux poste de police un peu avant Noël. Ses bureaux étaient situés auparavant, depuis les fusions de 2002, sur la route de l’Église. Pour lui, c’est une opportunité de travailler et d’y vivre avant que ce vieux bâtiment disparaisse à tout jamais. De plus, cela permettra de croiser les policiers de son service et discuter avec eux. La porte de son bureau sera entre-ouverte, les agents auront un accès plus facile au chef.

20200131 100806

Nouveau poste de police

Pour ce qui est du nouveau poste de police, qui sera construit en bordure de l’autoroute Laurentienne à la hauteur du boulevard Louis XIV, toutes les conditions à l’acquisition du terrain ont été levées. Dès cet été, il sera possible de voir des changements dans ce secteur, des travaux débuteront entre autres pour l’aménagement du terrain. La conception des plans et devis ainsi que les appels d’offres suivront. Le projet avance très bien, le nouveau poste devrait être prêt pour 2023, a t'il indiqué.

Déménagement des patrouilleurs

Le 17 mai prochain, les patrouilleurs des postes de la Haute-Saint-Charles et de Charlesbourg seront intégrés au poste de police de Québec. Seuls les patrouilleurs déménageront. Les locaux seront encore accessibles pour différentes utilisations.

20200131 102038

Salons de massage

Le chef Pigeon s’inquiète de la sécurité des travailleuses du sexe. Sur l’ensemble du territoire de la Ville de Québec, le SPVQ a répertorié une quinzaine de salons de massage. 

En 2019, la SPVQ a procédé à l’arrestation de 12 proxénètes sur l’ensemble de son territoire. Depuis 2 ans, le SPVQ a mis en place une unité d’enquête intégrée de lutte au proxénétisme. Le chef de police tient à indiquer que ses policiers interviennent dans toute situation où des jeunes sont victimes de proxénète et/ou victime d’agression sexuelle.

Crimes haineux

L’année dernière, le SPVQ a ouvert 60 dossiers impliquant des crimes haineux ou présumément haineux. En 2019, le nombre de signalements à Québec n’est pas plus élevé qu’en 2017.

Le SPVQ porte une attention à toute situation semblable.
Chaque patrouilleur est sensibilisé au phénomène des crimes haineux. Toute situation est prise en charge et signalée rapidement. Ainsi, le SPVQ est en mesure de réagir rapidement en temps réel comme par exemple des situations qui touche la communauté musulmane à Québec ou ailleurs dans le monde. La sécurité publique n’est pas seulement une affaire policière a indiqué le chef de police. Toute personne qui perçoit une situation anormale est invitée à le signaler, a indiqué le chef de police. Les policiers seront en mesure de procéder à diverses vérifications et intervenir rapidement.  

Personnes en crise

Les policiers doivent composer de plus en plus avec des situations impliquant des personnes en crise, intoxiquées ou prises avec des problèmes de santé mentale. En moyenne, un agent passe près de 2h sur un dossier impliquant une situation de santé mentale. 

La police de Québec intervient en moyenne 18 fois par jour dans des situations de problèmes. Dans la région de Québec, les policiers sont intervenus dans 750 situations pour des tentatives de suicide ou décès par suicide.

Dans bien des cas, les policiers interviennent auprès d’une personne désorganisée et qui ne nécessite pas une judiciarisation du cas. La personne a juste besoin d’être prise en charge alors qu'elle se retrouvent dans le phénomène des portes tournantes.

Le SPVQ a rencontré dernièrement la direction du CIUSSS de la Capitale nationale afin de trouver une solution. La rencontre a été très positive, a indiqué le chef Robert Piegon. Une annonce devrait être faite prochainement.

Le projet avec l’organisme PECH se poursuit toujours. De plus, l’entente entre l’organisme et le SPVQ a été bonifiée à nouveau. À la demande d’un policier, une intervenante de PECH peut intervenir rapidement en assistance auprès d’une personne en crise.

Sécurité routière

Le chef de police a indiqué que la Ville est à mettre en place, depuis 2018, une stratégie de sécurité routière. D’ailleurs, des consultations publiques sont présentement en cours. Toutefois, le SPVQ va de l’avant avec son bureau de la sécurité routière et celui-ci sera opérationnel dès mai 2020. Plus de 18 personnes y travailleront et seront en mesure d’analyser en temps réel les problématiques avec l’ingénierie et le service de transports. Certaines situations ou problématiques ne nécessitent pas une réponse policière, soit par une contravention, a indiqué Robert Pigeon. Les problèmes peuvent provenir de la signalisation ou d’une mauvaise configuration. Les problèmes seront vus en temps réel dans son ensemble.

 

 

Tags: