Menu
A+ A A-

« Pot » au volant = danger, même 5 heures après

La Fondation CAA-Québec dévoile les conclusions de 2 études québécoises sur le cannabis au volant

 

 

Selon une étude commandée par la Fondation CAA-Québec, conduire « gelé », c’est dangereux, et c’est dangereux longtemps : même cinq heures suivant la consommation, conclut une étude de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) et de l’Université McGill(1) financée par l’Association canadienne des automobilistes (CAA).

Avec ces résultats, la Fondation CAA-Québec a indiqué qu’elle va accentuer ses efforts de prévention, particulièrement auprès des adeptes qui en minimisent encore les conséquences!

La Fondation CAA-Québec a demandé une deuxième étude

Qui sont ces irréductibles?

Cette étude soutenue par la Fondation CAA-Québec et pilotée par le Dr Jacques Bergeron de l’Université de Montréal a dressé un portrait type en faisant remplir des questionnaires à des consommateurs de cannabis détenant un permis de conduire.

Selon la fondation, les scientifiques ont demandé aux participants s’ils avaient déjà pris le volant après avoir consommé. Conclusion : ceux qui admettent avoir conduit « gelé » ont un profil bien différent des autres participants ayant déjà fumé, mais n’ayant jamais conduit avec les capacités affaiblies. Ceux qui reconnaissent avoir conduit sous l’effet du cannabis ont généralement :

Une consommation plus importante, et ce, depuis un plus jeune âge;

Des habitudes de conduite plus téméraires, dangereuses et risquées (vitesse, contraventions, etc.);

Une tendance à être très influencés par leurs pairs en ce qui a trait aux comportements dangereux;

Des amis qui, eux aussi, conduisent sous l’effet du « pot »;

Plus d’émotions et de comportements associés à la conduite dangereuse (prise de risque, agressivité, colère et irritation);

Une plus faible perception du risque lié au cannabis.

Conducteurs plus à risque d’accident même cinq heures après consommation
De plus, les chercheurs de l’Université McGill, eux, se sont intéressés aux effets du cannabis sur les habiletés liées à la conduite.

Selon la Fondation CAA-Québec, les chercheurs ont démontré, en menant une étude clinique utilisant un simulateur, qu’un conducteur est plus à risque d’être impliqué dans un accident de la route, même cinq heures après avoir consommé du cannabis.

Selon les résultats de l’étude, la majorité des participants ne se feraient pas confiance pour prendre le volant, même cinq heures après avoir consommé une petite dose de cannabis. Qui plus est, les tests sur simulateur de conduite leur donneraient raison.

Des preuves à l’appui
Toujours selon l’étude de la Fondation CAA-Québec, sous l’effet du cannabis, les participants ont démontré une certaine capacité à maintenir le cap, mais ils devenaient passablement moins doués pour réaliser des manoeuvres plutôt courantes, voire cruciales, comme l’insertion entre deux véhicules, la traversée d’une intersection achalandée, l’évitement de piétons ou de cyclistes, etc. Après avoir consommé du cannabis, les conducteurs ont, pendant plusieurs heures :

Un temps de réaction plus long;
De la difficulté à porter attention à divers stimuli;
De la difficulté à réaliser correctement une manœuvre pour la première fois.

SOURCE Fondation CAA-Québec

À propos de la Fondation CAA-Québec
Créée en 2008, la Fondation CAA-Québec a pour mission de contribuer à l’avancement du savoir en sécurité routière. Pour ce faire, elle réalise des recherches et agit comme ressource complémentaire aux spécialistes et organismes québécois actifs dans ce domaine. Rappelons que CAA-Québec, organisme à but non lucratif, assure la tranquillité d’esprit à chacun de ses membres en lui offrant des avantages, des produits et des services de haute qualité dans les domaines de l’automobile, du voyage, de l’habitation et de l’assurance.

Retour en haut

MICRO-DATA BR

MICRO-DATA BR - 4825, 1ère Avenue Québec - 418-623-3073 - www.microdatabr.com