Menu
A+ A A-

Québec - 45e cérémonie de commémoration des pompiers morts en devoir

  • Publié dans Pompiers
PHOTOS VINCENT FRADET PHOTOS VINCENT FRADET

Le Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec (SPCIQ) a commémoré aujourd’hui ses pompiers morts en devoir. Cette cérémonie hommage empreinte de respect se déroule chaque année depuis 45 ans.

À cette occasion, M. René Roy, aumônier, a prononcé une prière durant laquelle des oeillets furent déposés sur les stèles et des couronnes placées au pied de la sculpture commémorative. L’appel des trente-quatre (34) disparus a été fait pendant que résonnait une cloche afin d’honorer la mémoire de chaque pompier.

« Ces femmes et ces hommes sont un modèle d’engagement et d’implication dans cette société qui est nôtre et c’est avec amour qu’ils endossent jour après jour la responsabilité qui leur incombe et ce devoir de protection qui accompagne le métier qu’ils ont choisi. », a témoigné l’honorable J. Michel Doyon, Lieutenant-gouverneur du Québec.

« L’histoire de la ville de Québec est ponctuée de moments importants, mais aussi d’incendies tragiques qui ont laissé leur trace sur le territoire. Ils ont également marqué la grande famille des pompiers de Québec », a mentionné M. Patrick Voyer, membre du comité exécutif responsable du Service de protection contre l’incendie, ajoutant « qu’aujourd’hui comme hier, les actions des pompiers et leur dévouement rendent notre ville plus sécuritaire et plus résiliente ».

« Je suis encouragé de constater que depuis 1976 à Québec, nous ne déplorons aucun décès de pompiers dans l’exercice de leurs fonctions. Cependant, je dois rappeler que plusieurs cancers liés au métier nous menacent. Nous devons prendre tous les moyens afin protéger la vie de nos pompiers », a déclaré M. Christian Paradis, directeur du SPCIQ.

Le mémorial des pompiers
Situé sur le terre-plein du boulevard Langelier, au sud du boulevard Charest. Ce lieu de mémoire est dédié aux pompiers décédés en service ainsi qu’aux incendies qui ont marqué l’histoire de la ville. Composées d’acier et de verre, les stèles évoquent la zone coupe-feu aménagée au 19e siècle entre les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur. Sur ces stèles sont gravées les décennies, noms et âges des trente-quatre (34) pompiers décédés entre 1880 et aujourd’hui. Ouvertes sur le passé comme sur le futur, elles pourraient éventuellement accueillir d’autres noms de pompiers.

La partie supérieure des stèles est constituée de deux immenses pans de verre, l’un orangé pour rappeler la couleur du feu et l’autre, translucide. Sur celui-ci, des photos noir et blanc provenant d’archives publiques et privées ainsi que de courts textes. Neuf grands thèmes sont illustrés par des témoignages fictifs, des listes, de courtes mises en contexte et des photos accompagnées de légendes.

Source: SPCIQ

Retour en haut