Menu

envoyez nous photos 300

envoyez nous vos photos

A+ A A-

Retour sur l’année 2017 avec le chef de police du SPVQ

  • Publié dans Policier

Le chef du Service de police de la ville de Québec, monsieur Robert Pigeon, a rencontré les médias cet après-midi pour faire un bilan de l’année 2017. Robert Pigeon est arrivé en poste au Service de police de Québec en novembre 2016, mais n’avait toujours pas rencontré les médias.

Une année bien occupée
Le SPVQ a été passablement occupé cette année entre autres avec les 250 petites et grandes manifestations qui ont eu lieu sur son territoire sans oublier les contre-manifestations. Une nouvelle réalité où les idéologies de l’extrême gauche et l’extrême droite s’affrontent. Le SPVQ doit maintenant s’ajuster à cette nouvelle manière de faire des groupes de manifestants. Pour le chef, même si une grande partie de son travail est administratif, il suit de très près les opérations sur le terrain, cela fait partie de son ADN. Il indique que les citoyens peuvent manifester, c’est leur droit. Le chef veut s’assurer que les citoyens manifestent, mais que ceux-ci puissent le faire en toute sécurité.

La mosquée
L’autre événement marquant est celui de la fusillade à la grande mosquée où 6 personnes sont décédées et a fait une vingtaine de blessés. Là aussi, un événement que le SPVQ n’avait jamais connue auparavant. Un événement marquant pour les policiers et pour la population.

Les événements publics
Durant la dernière année, les policiers de Québec ont couvert 544 événements festifs, par exemple le Festival d’été de Québec.

Crimes à caractère sexuel 
Concernant les crimes à caractère sexuel, 30 nouveaux dossiers ont été ouverts suite à la vague de dénonciations au Québec. Les deux tiers des nouveaux dossiers concernent des événements avant les années 2000. Plusieurs enquêteurs travaillent à temps plein, ils sont tous formés et outillés pour ce type de crime. Entre 2011 et 2016, le SPVQ a ouvert 2050 dossiers fondé de crimes à caractère sexuel. 365 ont été classés non fondés. Le SPVQ a débuté une révision des dossiers non fondés et c'est l’unité spécialisée en délits familiaux qui est en charge de la révision. Le chef de police de Québec invite toute personne victime d’un acte criminel, homme et femme, à communiquer avec le SPVQ. Le personnel policier est formé pour prendre charge tout dossier.

Le Fentanyl sous haute surveillance
Le Fentanyl est un dossier qui est surveillé de près par le SPVQ. En 2016 deux réseaux d’importances ont été démantelés alors qu’ils s’apprêtaient à procéder à la distribution sur le territoire de la ville de Québec. 77 000 comprimés de Fentanyl avaient été saisis à temps. Depuis, les policiers n’en saisissent que rarement et en plus faibles quantités. Le chef de police a indiqué que les policiers demeurent à l’afflux d’une nouvelle apparition parce que les conséquences sont mortelles. Dans la dernière année, le corps de police a déployé le médicament le naloxone, afin de protéger ses policiers qui pourraient être en contact avec la substance et venir en aide aux victimes.

Personnes en crise
Les policiers sont appelés à intervenir de plus en plus sur des situations où la santé mentale est en cause. Les policiers interviennent annuellement dans près de 4700 dossiers soit environ 14 dossiers par jour. Le SPVQ travaille avec différents groupes communautaires et organismes spécialisés dans le domaine sans oublier les familles.

Tolérance zéro
La police de Québec a fermé au courant de l’année trois dispensaires de cannabis sur son territoire. Le chef de police a indiqué que c’était tolérance zéro sur le territoire de la ville de Québec. Le service de police traite annuellement près de 90 dossiers de conduite avec les capacités affaiblies par la drogue et 750 dossiers pour l’alcool au volant. Le SPVQ a neuf agents évaluateurs pour la conduite avec les capacités affaiblies par la drogue. Toutefois, tous les policiers ont été formés en épreuve de coordinations des mouvements. Pour le moment, le nombre d’agents évaluateur ne sera pas à la hausse et le SPVQ s’ajustera en fonction de la législation et des demandes.

Nouvelle centrale de police 
Pour la nouvelle centrale de police, située dans le secteur Lebourgneuf, c’est une question de temps, le chef de police n’avait pas de date précise. Le coût de la nouvelle centrale est estimé à environ 72 millions de dollars. Des bureaux et des blocs cellulaires seront aux normes. Les enquêteurs de crimes généraux quitteront les bureaux de l'avenue St-Sacrement pour aménager dans la nouvelle centrale de Lebourgneuf. Toutefois, l’état majeur demeurera dans l’immeuble de la route de l’Église.

Nouveauté à venir 
Bonne nouvelle, le SPVQ aura bientôt sa propre page Facebook. La nouvelle a été confirmée aujourd'hui par le chef et celui-ci a indiqué qu’elle devrait être annoncée sous peu, possiblement au début de l’année 2018.

Retour en haut