Menu
A+ A A-

Ambulances sur la Rive-Sud : les ressources sont insuffisantes selon Dessercom

Dessercom, la plus importante entreprise ambulancière du Québec avec plus de 200 véhicules et plus de 900 professionnels et employés, désire faire le point concernant les ajouts de ressources et les conversions horaires annoncés par le Ministère de la Santé et des Services sociaux le 29 mars dernier.

Malgré que ces ajouts soient un bon départ, ceux-ci semblent destinés à « noyer le poisson », puisqu’ils sont encore nettement insuffisants pour offrir à la population la couverture attendue, comparable à celle offerte dans des communautés semblables. Par exemple, l’annonce de l’ajout d’une ambulance 24/7 à Lévis, soit 168 heures de service par semaine à Lévis, représente une amélioration du service par rapport à la situation actuelle, mais ne permet définitivement pas de pallier à la surcharge de travail ni d’offrir le service auquel la population a droit. Lorsque nous nous comparons à d’autres grandes villes comportant des populations semblables dans la province, Lévis demeure nettement désavantagée. À titre d’exemple, Sherbrooke dispose de 14 ambulances, alors que Lévis dispose maintenant de 8 ambulances pour un nombre semblable d’habitants.

Selon monsieur Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom, le MSSS doit des explications concernant la méthode de calcul utilisée pour les ajouts de ressources : « Les chiffres récoltés sur le terrain par Dessercom partout en province ne concordent pas avec les ajouts octroyés par le ministère. Nous aimerions obtenir plus de transparence de la part du MSSS et comprendre de quelle façon les priorités sont calculées. Toutefois, nos demandes de rencontres sont ignorées, nos lettres envoyées concernant les statistiques utilisées restent toujours sans réponse. » En effet, des lettres de la part de Monsieur Laviolette ont été envoyées à deux sous-ministres ainsi qu’au ministre Gaétan Barrette, sans qu’aucune réponse ne soit venue de leur part.

Dans Chaudière-Appalaches, de nombreuses régions sont classées prioritaires et, selon l’annonce de jeudi dernier, ne bénéficieront malheureusement d’aucun ajout. En 2016, la zone de Saint-Charles était pourtant considérée comme étant « LA » priorité régionale et aurait dû voir son quart de faction complètement transformé comme ce fut le cas pour des zones comparables. Au contraire, au lieu de transformer l’horaire de travail, l’on nous a octroyé seulement un ajout quotidien de 10 heures de couverture. La population de Saint-Charles a été nettement défavorisée par rapport à cette décision précipitée du MSSS.

De plus, selon une lettre du sous-ministre Thibault reçue en décembre 2017, la zone de Sainte-Marie se qualifie pour une abolition de l’horaire de faction. Pourtant, aucune action n’a été posée en conséquence alors que d’autres secteurs beaucoup plus loin sur la liste de priorités provinciales se sont vu octroyer des ressources.

Du côté de Bellechasse, notamment à Armagh, la situation demeure nébuleuse. Dans le premier communiqué publié par le MSSS, il n’y avait aucune mention de cette région, alors que la publication a été mise à jour par la suite pour l’ajouter. Cela nous laisse donc espérer qu’une conversion d’horaire sera annoncée.

Avec la formation et l’équipement de pointe dont disposent les paramédics d’aujourd’hui, une intervention rapide de leur part limite les risques de mortalité et de morbidité associés aux conditions médicales urgentes. « Voilà pourquoi il faut investir dans les soins préhospitaliers d’urgence, ce qui permet de réduire les dépenses et la pression financière exercée plus tard sur les coûts généraux en santé. L'argent investi dans les soins préhospitaliers d'urgence constitue donc un excellent investissement pour la société québécoise, » ajoute en conclusion monsieur Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom.

DESSERCOM est la plus grande entreprise en soins préhospitaliers d’urgence et transport médical au pays. Établie depuis 50 ans et comptant autant d’années d’expérience au service des patients et de la population, DESSERCOM s’est donné pour mission d’offrir des services contribuant au bien-être de l'usager et au développement responsable des soins de santé au Québec.

Dessercom en bref

: 1) Plus de 900 professionnels et employés
2) 90 ambulances
3) 110 minibus pour l’accompagnement médical
4) 35 points de service ambulanciers
5) 18 points de service de transport médical
6) 14 régions administratives du Québec desservies

Source: Dessercom

 

Retour en haut