Menu
A+ A A-

Manque d’ambulances: la région de Lévis oubliée par le ministre Barrette ?

Le Gouvernement du Québec a annoncé la semaine dernière l’ajout de 22 nouveaux véhicules ambulanciers dans plusieurs régions du Québec, dont quatre pour la région de Québec-Métro. Toutefois, il semble que la région de Lévis a été oubliée par le ministre Barrette. Le ministre semble avoir jugé que Lévis n’avait pas besoin d’ajouts de véhicules ambulanciers et pourtant le nombre d’appels ne cesse d’augmenter annuellement. Depuis 2008, la région de Lévis n’a bénéficié d’aucun ajout de véhicule ambulancier.

DESSERCOM réclame aujourd'hui l’ajout des ressources nécessaires pour offrir à la population de Lévis les services de qualité auxquels la population est en droit de s’attendre.

Augmentation de 38% des appels

Selon Dessercom, entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2016, il y a eu une augmentation de 38 % des appels logés.

Ambulances Rive-Sud a l’entière responsable de la région de Lévis avec 643 heures de présence ambulancière sur le terrain par semaine.

Elle demande au ministère de la Santé et des Services sociaux l’ajout équivalent de 225 heures de services par semaine pour répondre aux nouveaux besoins.

Lévis n’a connu aucun ajout d’ambulances depuis 2008 alors qu’il y a eu une augmentation du nombre d’appels ambulanciers se situant entre 3000 et 3500.

Classement des villes du Québec et nombre de véhicules ambulanciers

5. Longueuil, 21 ambulances pour 246 152 résidents

6. Sherbrooke, 14 ambulances pour 166 633 résidents

7. Lévis, 7 ambulances pour 145 454 résidents

8. Saguenay, 13 ambulances pour 145 365 résidents

9. Trois-Rivières, 15 ambulances pour 136 018 résidents

De plus, depuis 2008, la population de Lévis s’est enrichie de 12 000 nouveaux résidents, sans compter beaucoup de nouvelles entreprises qui sont venues s’y établir avec leurs employés. À ceci, il faut ajouter des facteurs comme le vieillissement de la population, qui exige plus de soins et plus d’interventions des paramédics, et des embouteillages sur des routes de plus en plus encombrées, a indiqué, Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom.

D’autre part, les interventions des paramédics sont plus longues qu’autrefois parce que les paramédics sont maintenant davantage spécialisés et posent des actes médicaux nouveaux, qui sont en corrélation avec la formation reçue et l’expertise acquise. Enfin, pour compenser le manque de ressources dans les autres secteurs, a ajouté Dessercom.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, appuie les démarches de Dessercom et demande une révision complète des effectifs ambulanciers sur le territoire lévisien visant assurer la sécurité de notre population.

« Avec la formation et l’équipement de pointe dont disposent les paramédics d’aujourd’hui, une intervention rapide de leur part limite les risques de mortalité et de morbidité associés aux conditions médicales urgentes. Voilà pourquoi il faut investir dans les soins préhospitaliers d’urgence, ce qui permet de réduire les dépenses et la pression financière exercée plus tard sur les coûts généraux en santé. L’argent investi dans les soins préhospitaliers d’urgence constitue donc un excellent investissement pour la société québécoise, » a indiqué Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom.

DESSERCOM inc., services ambulanciers et paramédicaux, est la plus grande entreprise privée au Québec dans le domaine. Établie depuis 50 ans et comptant autant d’années d’expérience au service des patients et de la population, DESSERCOM s’est donné pour mission d’intervenir pour limiter les risques de mortalité et de morbidité associés aux conditions médicales urgentes, ce qui permet de réduire les dépenses et la pression financière exercée plus tard sur les coûts généraux en santé.

Dessercom en bref :

1) Près de 800 professionnels et employés
2) 80 ambulances
3) 100 minibus pour l’accompagnement médical
4) 34 points de service ambulanciers
5) 15 points de service de transport médical
6) 12 régions administratives du Québec desservies
7) 50 000 accompagnements en transport médical par année
8) 70 000 interventions ambulancières annuellement

Source: Dessercom

Retour en haut