Menu
A+ A A-

Plusieurs syndicats de paramédics durcissent leur grève

Négociations du préhospitalier 

 

À compter de minuit ce soir, les paramédics membres de la CSN dans les Laurentides, en Mauricie, dans le Centre-du-Québec (Plessisville), en Moyenne et Basse-Côte-Nord et en Abitibi-Témiscamingue reprendront la grève, pour laquelle le Tribunal administratif du travail permet des moyens de pression renforcés.

Ainsi, les paramédics ont pu faire reconnaître le caractère non essentiel de tâches supplémentaires qu'ils font habituellement, mais qu'ils ne feront plus à compter de minuit ce soir. Il s'agit de gains importants pour l'établissement du rapport de force des salarié-es, notamment en ce qui a trait à la facturation des patients et au rôle des cadres en temps de grève. Ceux-ci s'ajoutent aux moyens déjà prévus aux services essentiels depuis le début des grèves, en mars 2017. Ces moyens ont un impact sur l'administration des entreprises ainsi que sur le gouvernement.

Entre autres, les paramédics

• Ne rempliront plus le formulaire AS-810 qui permet de facturer le patient ;

• Rempliront le formulaire AS-803 sur format papier seulement, et ne les remettront qu'aux établissements, sans information personnelle sur le patient qui permettrait de reconstruire la facturation ;

• Dans les cas de transferts d'un patient d'un établissement à un autre, ils ne se déplaceront plus à l'intérieur des établissements, sauf dans des situations particulières ;

• Ne feront plus de liste exhaustive de tâches et de commissions connexes allant de la gestion du bac de récupération à la gestion des factures d'essence de l'employeur. Les cadres des entreprises devront effectuer plusieurs de ces tâches connexes durant la grève;

• Ne feront plus de retour à domicile de priorité 8, sauf entre 12h et 17 h, du lundi au vendredi ;

• Ne feront plus de retour d'escortes médicales, habituellement une infirmière, lorsqu'il n'y a pas de patient à bord ;

• Verbaliseront les codes radio de communication sans utiliser le protocole ;

• Ne se rendront plus disponibles durant la rédaction de formulaires ;

• N'accueilleront plus de stagiaire ;

• Ne participeront plus au « briefing » de début de quart ;

• Ne participeront plus aux formations données par l'employeur, à l'exception de celles qui sont obligatoires ;

• Ne feront plus le lavage intérieur sauf si requis pour la prévention des infections. Ils ne feront plus le lavage extérieur sauf les éléments requis pour la sécurité routière ;

• Ne rempliront plus les formulaires demandés par l'employeur et non obligatoires en vertu des lois ;

• Ne récolteront plus les informations bancaires auprès des non-résidents canadiens ;

Enfin, il n'y aura plus de service dédié aux athlètes et aux artistes dans le cadre d'évènements spéciaux. Il n'y aura plus de paramédics dans les véhicules dédiés à des festivals, expositions et autres opérations de relations publiques. Le service d'ambulance dédié ne sera plus assuré sur les plateaux de tournage, comme les films.

Les négociations sont présentement au point mort avec l'association patronale représentant toutes les entreprises visées, la Corporation des services ambulanciers du Québec (CSAQ). Pour le représentant du secteur préhospitalier à la Fédération de la santé et des services sociaux, Jean Gagnon, le renforcement de la grève doit forcer le gouvernement et les entreprises à faire leurs devoirs. « Nos conventions collectives sont échues depuis le 31 mars 2015 et quant à nous, un règlement est tout à fait à portée de main. Mais nos employeurs privés veulent nous utiliser dans le conflit qui les oppose au gouvernement. Le ministre Barrette, pour sa part, a complètement échoué à faire atterrir les négociations du secteur préhospitalier, bien que son ministère soit le bailleur de fonds du secteur et malgré que nous nous soyons entendus avec lui en juillet, chez Urgences-santé, quant aux grands paramètres qui doivent s'appliquer à l'ensemble des salarié-es du secteur. Ça ne peut plus durer ».

À propos

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) regroupe quelque 3600 paramédics, répartitrices, répartiteurs et employé-es de soutien du préhospitalier. Elle compte plus de 120 000 membres dans les services de santé, les services sociaux et les services de garde. Elle est affiliée à la CSN qui compte 300 000 adhérents de tous les secteurs d'activité.

Retour en haut