Menu
A+ A A-

Négociation des paramédics - communiqué de L’ATPH–CSN

Image archives Image archives

«ON A AFFAIRE À DES DEUX DE PIQUE»

Québec, le 7 août 2017 - Les paramédics de la région de Québec ont remplacé depuis peu la chemise conventionnelle de leur uniforme par un t-shirt syndical. Le nouveau gilet arbore une carte à jouer de deux de pique afin de souligner que leur négociation qui s'éternise, depuis maintenant plus de 2 ans, a été administrée par des deux de pique.

Pour manifester leur écœurement, la carte à jouer du gilet incorpore les logos des diverses coalitions d'employeurs ainsi que le visage du ministre Barrette. À l'arrière, les paramédics sont identifiés, comme toujours, mais il est mentionné qu’ils et elles sont en grève.

Des revendications légitimes

Les paramédics ont identifié quelques revendications prioritaires dans le cadre de la négociation actuelle. Il y a bien évidemment des enjeux légitimes de salaire et de retraite, mais aussi des questions de charge de travail qui permettrait d’améliorer les conditions des paramédics et aussi le service à la population. On peut penser notamment à l’abolition des horaires de faction 7/14 là où le volume d’appel est important. Un gain sur ce point permettrait d’améliorer le service à la population en gagnant de précieuses minutes et ainsi sauver des vies.

Une question de respect

« Les paramédics demeurent professionnels en tout temps et notre grève est responsable : elle n’affecte que l’administration, les patients ne sont pas touchés », explique Frédéric Maheux, président de l’Association des travailleurs du préhospitalier (ATPH-CSN). Les paramédics continuent de se donner à 100 % à chaque quart de travail et pour eux le non-respect du ministère et des employeurs est un non-sens. « Nos membres se sentent prisonniers d’un système rempli d’incompétents qui semblent incapables de comprendre les tâches d’un paramédic en 2017 » déplore le syndicaliste.

Les paramédics de la région de Québec sont en grève générale illimitée depuis le 16 mars 2017. Maintenant qu’une entente de principe est intervenue à Urgence santé, dans la région de Montréal, le syndicat espère que les employeurs obtiennent les mandats et les fonds permettant de conclure une convention collective satisfaisante pour toutes les parties.

L’ATPH–CSN regroupe 330 paramédics de la région de Québec. Ils mènent leurs négociations de concert avec les 3 600 membres CSN du secteur préhospitalier, partout au Québec.

Retour en haut